Etranger

Copa America : Une répétition grandeur nature pour les États-Unis

Deux ans avant de coorganiser la Coupe du Monde 2026, les États-Unis accueillent la Copa America, une occasion unique de tester leur organisation et de préparer leur sélection.

Un tournoi élargi pour plus d’argent et d’enjeu

La Copa America, le plus vieux tournoi continental de football au monde, s’ouvre ce jeudi 16 juin aux États-Unis. Cette édition, organisée conjointement par la Conmebol (Amérique du Sud) et la Concacaf (Amérique du Nord), réunit 16 équipes, dont 6 issues de la Concacaf. Cette ouverture vers l’extérieur n’est pas nouvelle : depuis 1993, la Copa America invite régulièrement des pays d’autres continents, pour augmenter le nombre de matchs et, surtout, les revenus.

Un tremplin pour l’équipe américaine

Cette année, l’enjeu est d’autant plus grand pour les États-Unis, hôtes de la Coupe du Monde 2026. La Compétition leur sert de répétition générale, tant sur le plan organisationnel que sportif. L’équipe nationale, emmenée par le talentueux Christian Pulisic, a l’ambition de briller à domicile et de se préparer au mieux pour le rendez-vous mondial.

Un marché américain en plein essor

L’accueil de la Copa America est également une opportunité pour les États-Unis de développer le football sur leur territoire. Le pays connaît un engouement croissant pour ce sport, porté notamment par la présence de stars comme Lionel Messi en MLS. La Copa America devrait contribuer à populariser encore plus le « soccer » auprès du public américain et à attirer de nouveaux fans.

Uen Copa America relevée

Si les États-Unis sont l’équipe hôte, la concurrence s’annonce rude. L’Argentine, tenante du titre et nation la plus titrée de l’histoire de la compétition, sera présente, tout comme le Brésil, l’Uruguay, la Colombie et d’autres nations sud-américaines de premier plan.

Rendez-vous est donc pris pour deux semaines de spectacle et d’incertitudes, avec des enjeux sportifs et économiques importants pour les États-Unis.